Aurès-Ichawiyen Imazighen -Afrique du Nord

Les Aurès : culture, débats et actualités
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dynastie Bouteflika 1er : islamisme, corruption et culte de la personnalité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
aureschaouia

avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 17/10/2004

MessageSujet: Dynastie Bouteflika 1er : islamisme, corruption et culte de la personnalité   Lun 26 Mai - 22:14

Islamisme, corruption et culte de la personnalité : les 3 couleurs du règne Bouteflika

-----------------------------------------------------------------------------------------------


La « mosquée Bouteflika » coûtera 3 milliards de dollars


in : http://www.lematindz.net/index.php?news=63

Elle aura le plus haut minaret du monde (300 mètres) ; elle pourra accueillir 120.000 fidèles ; elle sera la 3e plus grande du monde après celles des lieux saints de l'islam, la Mecque et Médine et elle coûtera autour de 3 milliards de dollars : c’est la future Grande mosquée d’Alger, déjà surnommée « mosquée de Bouteflika ». C’est le président en effet qui veut construire, face à la baie d'Alger, cet imposant et onéreux monument, qui exigera 7 ans de travaux, plus pour se faire plaisir que pour plaire à Dieu.

Le président a découvert, hier, en miniature, à quoi ressemblera « son » édifice en visitant, au palais du Peuple, l'exposition des maquettes de chacun des dix-sept bureaux d'études de 11 nationalités ayant soumissionné au projet. Parmi eux, le chef de l’état devra lui-même choisir, parmi cinq finalistes, l’heureux lauréat.

Selon le cahier des charges, la nouvelle mosquée sera édifiée sur une assiette de 20 hectares, dans l'axe de la baie d'Alger. Elle disposera d'une salle de prière de 40.000 places et d'une esplanade pouvant accueillir jusqu'à 80.000 fidèles et sera le troisième plus vaste lieu de culte musulman au monde, après les mosquées de la Mecque et de Médine (Arabie saoudite).
Son minaret sera plus haut d'une centaine de mètres que celui de la mosquée Hassan II de Casablanca (Maroc). Il abritera sur 15 niveaux une bibliothèque, un institut supérieur d'études islamiques, un musée d'art et d'histoire, une plate-forme d'observation de la baie...
La mosquée le noyau d'un complexe cultuel comprenant une maison du Coran, un centre culturel, un centre multiservices, un centre sanitaire, un hôtel, des restaurants, un parking, un immeuble d'habitation, un autre pour l'administration et des espaces verts.

L’Algérie a-t-elle besoin d’une si somptueuse et onéreuse réalisation ?
"Oui, répond le ministre des Affaires religieuses Bouabdallah Ghlamallah en présentant le projet à la presse. L’Algérie manquait d'une grande mosquée emblématique de la période d'après l'indépendance. Cette réalisation sera à la hauteur des ambitions du peuple algérien. Son emplacement est symbolique. Alger et sa baie ont été les témoins de la résistance à travers les siècles du peuple algérien".

Alger compte pourtant trois grandes mosquées "historiques": Djamâa el-Djedid, construite en 1660, Djamâa el-Kébir, construite au XIe siècle, et la Ketchaoua, en bas de la Casbah, construite en 1794 sous les Turcs, convertie en cathédrale pendant la présence française (1830-1962), et consacrée à nouveau en lieu de culte musulman après l'indépendance.
Depuis 1962, l'Algérie a mis en chantier une mosquée par jour. Elle en compte actuellement 15.000 en activité et 3.400 en construction, selon les chiffres officiels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aureschaouia

avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 17/10/2004

MessageSujet: Bouteflika contribue à l’islamisation rampante   Lun 26 Mai - 22:24




Bouteflika derrière l’inquisition et la lutte contre l’évangélisation



in : http://www.lematindz.net/news/1507-bouteflika-derriere-linquisition-et-la-lutte-contre-levangelisation.html]http://www.lematindz.net/news/1507-bouteflika-derriere-linquisition-et-la-lutte-contre-levangelisation.html


Comment en sommes-nous arrivés à cette « affaire Habiba » ? Qui pilote la politique d’inquisition et de haine ? Et à quelle fin politique ?
Retour sur l’année 2007 pour souligner le rôle central du président Bouteflika dans cette nouvelle phase de dérapage.

Eté 2007 : La présidence de la République met sur pied une cellule des services de sécurité spécialisée dans la surveillance des activités d’évangélisation en Algérie, et destiné à faire face à ce qu’on a appelé « une croisade » dans trois wilayas : Tizi Ouzou, Mascara et Sidi Bel-Abbès, ainsi que certaines régions du Sud.
Le président de la République reçoit, en janvier 2008, le rapport élaboré par la cellule . El-Khabar, qui cite des « sources sûres », souligne que ce rapport détaillé sur l’évangélisation, élaboré par des cheikhs et des ulémas comprend une série d’étapes afin de faire face au phénomène dans les régions où il prolifère, d’après des enquêtes approfondies qui ont duré une année entière. Le plan dont El Khabar a obtenu une copie propose de créer « une commission pour la lutte contre la christianisation » constituée de cinq groupes, dont l’un est chargé de la coordination avec la présidence de la République et la Chefferie du Gouvernement afin de «réagir devant la croisade ».
Des sources au fait de l’affaire ont même précisé que la dite commission a été présentée au président Abdelaziz Bouteflika, et les imams engagés dans la lutte contre l’évangélisation devaient obtenir l’appui du président.


Octobre 2007 : Le président dévoile la maquette de la Grande mosquée. Elle aura le plus haut minaret du monde (300 mètres) ; elle pourra accueillir 120.000 fidèles ; elle sera la 3e plus grande du monde après celles des lieux saints de l'islam, la Mecque et Médine et elle coûtera autour de 3 milliards de dollars : c’est la future Grande mosquée d’Alger, déjà surnommée « mosquée de Bouteflika ».
Depuis 1962, l'Algérie a mis en chantier une mosquée par jour. Elle en compte actuellement 15.000 en activité et 3.400 en construction, selon les chiffres officiels.

Octobre 2007 : Deux militaires algériens, âgés de 21 et 22 ans, arrêtés en flagrant délit de « non respect du Ramadan », sont condamnés à de la prison ferme par un juge du tribunal de Guelma. Poursuivis pour « atteinte aux valeurs de la religion » et accusés de « manque de respect à l’islam », ils ont été condamnés l’un à six mois de prison ferme et d’une amende de 30.000 dinars et l’autre à six mois de prison avec sursis, et d’une amende de 30.000 dinars également.

Liberté (Algérie) constate : « On voit cette Algérie glisser de Mahmoud Derwiche et sa poésie éclairée de la révolte palestinienne à Samy Youcef, un obscur chanteur azeri, applaudi par Khalida Toumi, ce qui est incongru, et par Ben Bella, ce qui est prévisible, dans la salle omnisports devenue une nuit de Ramadhan l’écrin du crypto-islamisme BCBG. On constate qu’une prof de français souffre en silence, dans un lycée d’Alger, de la haine de petits “talibans” qui refusent le savoir, surtout porté et inculqué par une enseignante sans foulard. On constate que les mosquées sont prises d’assaut, pas pour les tarawihs, mais pour ce rite qui consiste à se claquemurer dans l’enceinte des lieux du culte durant dix jours avant l’Aïd, s’appropriant l’espace sacré pour tous pour des pratiques d’un autre islam, inconnu du rite malékite. On voit que des adolescents s’échangent des textos et SMS qui prônent le prosélytisme venant de serveurs en… Tchétchénie.

« Bouteflika contribue à l’islamisation rampante »

« L’Etat contribue à l’islamisation rampante » commente le site MediArabe Info à propos de l’épisode des deux militaires. « Cette sévérité des sanctions intervient alors que le pays connait une islamisation systématique des mœurs, accélérée par le président Bouteflika qui caresse les islamistes, qui leur tend la main et qui multiplie les gages à leur égard. Après avoir opté pour la clémence vis-à-vis des terroristes qui se rendent, et après avoir généralisé l’enseignement islamique, désormais obligatoire au baccalauréat dès la rentrée 2008, Bouteflika a lancé le projet de construire la troisième plus grande mosquée au monde après celles de la Mecque et de Médine (pour certains, il s’agira de la quatrième plus imposantes après celle construite récemment aux Emirats arabes unis). Cinq bureaux d’architectes internationaux ont déposé leur projet et Bouteflika doit trancher avant la fin du Ramadan. La Grande mosquée d’Alger, destinée à marquer l’histoire de l’ère Bouteflika, coûtera plus de 3,5 milliards de dollars. Elle sera dotée d’un minaret de 300 m. de hauteur, un centre culturel et des salles de conférence. Cet édifice pourra accueillir au total 120.000 fidèles. Certains Algériens regrettent que ces fonds ne puissent financer des logements ou des infrastructures indispensables, alors que le pays manque cruellement d’habitations et où le chômage atteint des taux inquiétants, et où la pauvreté ne cesse de s’étendre... »

Les objectifs de Bouteflika

Les objectifs de Bouteflika dans cette inquisition et cette islamisation rampante relèvent d’une seule ambition : renforcer son pouvoir en apparaissant comme le prophète, en « récupérant » l’influence des partis islamistes sur une bonne partie de la société algérienne.

Renforcer son pouvoir en tablant sur l’asservissement de la société par la religion, en accentuant les rivalités interconfessionnelles et en accentuant l’allégeance tribale.
La lutte contre l’évangélisation lui permet d’accentuer les rivalités interconfessionnelles et d’en jouer. Bouteflika sait que la société algérienne est à la fois travaillée par des tensions entre majorité sunnite et minorité non sunnite, entre majorités arabes et minorités non arabes, entre Arabes et Africains, entre Arabes et Berbères… Il va s’en servir, en apparaissant comme le défenseur de la majorité musulmane.
Bouteflika sait aussi que cette société est dominée par le tribalisme. C’est la seule influence qui s’exerce vraiment. Sous la couche superficielle de modernisme, l’allégeance tribale n’a pas cédé un pouce de son influence sur les individus, les sociétés et la politique. Car, dans un monde arabe où une démocratie de façade a été octroyée par les régimes despotiques en place, les partis se sont vite retrouvés à représenter non pas des tendances politiques, mais des entités confessionnelles et tribales. Au final, seules les apparences changent : les appellations sont nouvelles, les allégeances immuables.
Cela explique le combat de Bouteflika contre la laïcité et contre la démocratie.
Il redoute la première parce qu’il sait qu’il n’existe pas de système de valeurs autre que la laïcité, susceptible d’organiser des relations saines entre ces différentes entités dans les champs politique, culturel et social. Et si toutes les tentatives de démocratisation dans le monde arabe ont systématiquement avorté, c’est que, en l’absence de culture laïque bien ancrée, le fossé à franchir est trop vaste.
Il redoute la démocratie car elle stabiliserait les choses. En substituant des modalités pacifiques à la violence, elle résoudrait les tensions politiques et empêcherait qu’elles ne dégénèrent en affrontements sanglants. Les partis représenteraient alors des tendances politiques et non plus des entités confessionnelles et tribales.
Bouteflika tablera sur les rivalités interconfessionnelles et sur le tribalisme aussi longtemps que son pouvoir l’exigera. Il encouragera l’obscurantisme et combattra la laïcité car il sait qu’elle nous débarrassera de ces différentes allégeances et réhabilitera les principes de la citoyenneté laïque et de l’égalité fondamentale entre citoyens, la laïcité devient pour nous une nécessité absolue. Elle seule nous permettra de sauvegarder ce qui reste de nos sociétés, avant que leur tissu ne soit irrémédiablement détruit par des explosions sanglantes toujours renouvelées. Et elle est indispensable pour que puisse s’instaurer une démocratie véritable, seule susceptible d’apporter enfin la paix civile et la coexistence entre individus considérés en tant qu’individus et citoyens, et non en fonction de leur origine communautaire, de leurs croyances ou de leurs choix politiques. A défaut de quoi nous nous condamnons à labourer indéfiniment une mer de sang.

L.M.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
abder
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 46
Age : 56
Date d'inscription : 11/07/2004

MessageSujet: A ceux qui auraient oublié   Lun 26 Mai - 22:33

A ceux qui auraient oublié :


_________________
Abderrahmane
Webmaster AuresChaouia http://aureschaouia.free.fr
-------------------------------------
Nmud fuss. Nedja ghyl.
meddina yed lem3awna. Khellina edhra3.
A trop tendre la main on y laisse le bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aureschaouia.free.fr
Kimpa MAZIGH



Nombre de messages : 6
Age : 45
Date d'inscription : 22/08/2013

MessageSujet: Re: Dynastie Bouteflika 1er : islamisme, corruption et culte de la personnalité   Jeu 22 Aoû - 13:14

L’Algérie a-t-elle besoin d’une si somptueuse et onéreuse réalisation ?

Mais bien-sur que oui !

Maintenant qu'on a importé un Islam étranger du Machreq et de l'Egypte !

Il faut une mosquée importé sur le modèle du Maghren El Aqsa de Casablanca !

Une mosquée marocaine pour un président marocain qui se prend pour un Roi.

Boumedienne, ce Kharoubi Kabylo-chaoui il se p^renait pour un grand maître Soufi de Tlemcem.

Et comme son modèle c'est Hassan II, ce petit Pokémon de Boutef, il veut le même jouet que Hassan pour laisser une trace dans l'histoire.

Sur le compte des Amazighs du Chaâb d'Algérie : les amazighophones comme les arabophones.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dynastie Bouteflika 1er : islamisme, corruption et culte de la personnalité   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dynastie Bouteflika 1er : islamisme, corruption et culte de la personnalité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dossier Corruption 2:L'ONU et l'argent vole par JC Duvalier
» Haiti: Liberté, "aide" et corruption
» Comment mener la lutte contre la corruption en Haïti ?
» Lutte a la corruption: vote des lois souhaite
» CRIMINALITE, CHOLERA ,SIDA, CORRUPTION VOICI LES PRIX DES DEUX MANDATS DE PREVAL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aurès-Ichawiyen Imazighen -Afrique du Nord :: Les Aurès : l'envers du décor :: Islamisme et corruption-
Sauter vers: