Aurès-Ichawiyen Imazighen -Afrique du Nord

Les Aurès : culture, débats et actualités
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Liberté 6/1/2006

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
djemaa



Nombre de messages : 831
Date d'inscription : 08/11/2004

MessageSujet: Liberté 6/1/2006   Lun 6 Fév - 15:24

L’Algérie profonde (Lundi 06 Février 2006)
LA COMMUNE DE TIMGAD (BATNA) DE PLUS EN PLUS ISOLÉE
La léthargie d’un site touristique
Par : B. Belkacem

La vie dans cette région à caractère touristique et agricole n’est pas aussi rose que l’on croyait. La commune bat de l’aile malgré tous les atouts touristiques et agricoles dont elle dispose.

Les demandes en matière sociale sont nombreuses et un manque de moyens et parfois même d’idées semble maintenir dans un état de léthargie le chef-lieu de la commune et ses mechtas (Seffah, Theniet El Khorchef, Aïn Terfa, Aïn Abderrahmane, Tarakat, Bouhraoua, Tidjedaï, Adjadj...) qui n’arrive pas à s’en défaire pour assurer le développement socio-économique et culturel tant souhaité pour une vie meilleure. Le premier problème, auquel la commune semble confrontée et qui préoccupe le P/APC de la commune de Timgad en premier lieu, est la saturation du périmètre urbain du chef-lieu de la commune. Une haute densité de population fuyant les campagnes après l’exode rural de la dernière décennie s’y est installée et a saturé le périmètre urbain au point que les assiettes foncières sont devenues rares. L’extension a atteint son point culminant. Pris en sandwich entre les ruines de Thamugadi au sud et les terres agricoles au nord, selon les termes employés par le P/APC, le chef-lieu étouffe. Devant cet état, le président de l’Assemblée populaire communale proposera : “Dans un rapport adressé à la wilaya de Batna, nous avons proposé l’octroi de l’étendue des terres faisant partie du domaine situé le long de la RN 88.” En attendant, le chef-lieu prend son mal en patience. Lors de notre tournée en ville, nous avons constaté qu’elle vivait beaucoup plus un manque d’aménagement des espaces urbains, plus expressément sur le plan de l’organisation et de la structure de la ville. En outre, la commune, et d’une manière particulière le chef-lieu devraient effacer certains aspects misérables et sordides de l’existence tout en veillant à un environnement sain, car la propreté est l’une des cartes qui plaide pour le décollage du tourisme dans la région. L’autre problème, c’est le manque de couverture en gaz de ville de certains quartiers, bien que la ville en dispose. A priori, ce qui ressort de la conversation avec les élus, c’est que deux quartiers ne sont pas du tout programmés et que les requêtes des habitants commencent à exercer une certaine pression sur les élus. Signalons, enfin, que plusieurs espaces et façades de certaines constructions méritent un véritable lifting. Le chef-lieu devrait se débarrasser de toutes ses laideurs, à l’exemple des oueds pollués. Les élus, enfants de la région, devraient contribuer à donner à Timgad une image digne d’une ville touristique.

B. Belkacem
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djemaa



Nombre de messages : 831
Date d'inscription : 08/11/2004

MessageSujet: LE SOIR D ALGERIE   Jeu 23 Mar - 17:11

L’antique théâtre, situé à l’extrême nord-est de l’Algérie, a eu le privilège d’être le théâtre du tournage des scènes du film sur la vie de Saint Augustin. Vu la similitude des décors de la région avec ceux de Carthage (Tunisie).
En effet, la région renferme des vestiges archéologiques exceptionnels tels que la basilique romaine, la porte Salomon, l’amphithéâtre romain, la muraille byzantine, la porte Caracalla, et le fameux temple de Minerve, un musée dédié aux dieux Juno, Jupiter et Minerve renfermant un trésor préhistorique d’une valeur exceptionnelle. Objets en silex, buste en marbre, sarcophage, bijoux et monnaies… Ce temple, après une fermeture de cinq année, a, en 2005, rouvert ses portes aux visiteurs. Mais certains de ses objets ont disparu de l’exposition et seraient en conservation. Même cas par la statue de Vénus qui s’est éclipsée en 1992. Renseignements pris auprès de la circonscription de Tébessa, elle serait également mise en conservation en attendait la réalisation du grand musée de la ville. La statue de Jeanne d’Arc, mise dans un parc de loisirs, est dans un état de détérioration totale. A noter que des bacs à ordures sont installés au pied de la fameuse muraille byzantine, qui a pris une autre couleur causée par la fumée des immondices brûlés. Autre illustration de ce laxisme à l’égard de notre patrimoine archéologique, le cas de la porte Caracalla, sujette à des travaux de rénovation et d’entretien depuis plus de quatre ans. Actuellement, les travaux, sans échafaudage, sont à l’arrêt depuis leur démarrage pour des raisons que nous ignorons. Il y aussi le musée des armes datant du XVIIIe siècle, valorisées et conservées à l’époque de la colonisation par Serri de Roche. Lances, épées, sabres, sagaies, poignards et fusils ont disparu de l’exposition. Le musée scellé et spolié et ses objets seraient mis en conservation en attendant la réalisation du “grand projet” de musée de la ville visant à réhabiliter ce site. Actuellement, l’antique Theveste hiberne sous le fardeau d’un environnement hostile, malsain, incompatible et insouciant quant à la réalisation de cette culture universelle.
Saâdallah Djamel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djemaa



Nombre de messages : 831
Date d'inscription : 08/11/2004

MessageSujet: le soir d'Algérie   Sam 25 Mar - 13:58

L’unité de production de la chaîne de télévision Canal Algérie procède, depuis plus d’une semaine, à la réalisation d’une série de documentaires sur les richesses archéologiques et naturelles de la wilaya d’Oum El-Bouaghi. Ces documentaires entrent dans le cadre des émissions du magazine de la Méditerranée (Medi Mag), selon les responsables de la télévision.
Beaucoup de choses sont à voir dans la région d’Oum El-Bouaghi, à commencer par les dolmens, ces tombes préhistoriques, dont le nombre est évalué à 1 200 et qui se trouvent aux environs de Sigus, localité située à 50 km au nord-ouest d’Oum El- Bouaghi-ville. Il y a aussi des vestiges berbères, byzantins et romains disséminés un peu partout dans la wilaya dont les plus en vue sont ceux de Dalaâ K’asr Sbihi, Sigus, Henchir Toumghani, Aïn Babouche, Ouled Gacem et Djazia entre autres. Concernant les sites naturels, ce sont évidemment les zones humides entre lacs et sebkhas qui attirent l’attention puisque la wilaya d’Oum El- Bouaghi est relativement riche dans ce domaine puisqu’elle dispose de 9 sites de valeur qui s’étalent sur une superficie globale de 160 000 hectares, ce qui est considérable comparativement aux autres régions du pays. Ces zones humides sont fréquentées par des milliers d’oiseaux migrateurs qui proviennent d’Europe et d’Asie mais aussi d’Afrique subsaharienne. A cet effet, il est utile de mettre en évidence qu’en ce mois de mars 2006 seulement, une colonie de flamants roses estimée à 50 000 sujets a été observée par les équipes chargées du dénombrement et du contrôle du mouvement des oiseaux migrateurs. Les pauvres oiseaux de diverses espèces semblent complètement désorientés du fait qu’ils sont perçus comme étant le principal agent de transmission du virus de la grippe aviaire qui sème la panique à travers le monde.
Nasreddine Bakha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Liberté 6/1/2006   

Revenir en haut Aller en bas
 
Liberté 6/1/2006
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Le poids et le nombre des deportes pour 2006
» Rapport sur les abus de droits humains en 2004-2006

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aurès-Ichawiyen Imazighen -Afrique du Nord :: Histoire et géographie de l'Aurès :: Vestiges auréssiens-
Sauter vers: