Aurès-Ichawiyen Imazighen -Afrique du Nord

Les Aurès : culture, débats et actualités
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 CHRONIQUE D'UNE MORT ANNONCEE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: CHRONIQUE D'UNE MORT ANNONCEE.   Mer 12 Avr - 11:03

RINGEARD Célestin était l'un des sept moines martyrs de Thibhirine (les jardins en langue Amazigh.)
Le Docteur..., cardiologue émérite, un être humain exquis pour qui le coeur ne doit jamais "assister impassible au drame dont il est le siège," raconte :


"En février-mars 1994 RINGEARD Célestin, un des moines de Thibhirine, a été soigné dans nos services de cardiologie de l'hôpital.
Après son séjour, une aide soignante me confiait:" Si tous les curés étaient comme lui, j'irais à la messe tous les dimanches !" Elle avait été marquée par sa personnalité et la qualité de sa présence joyeuse, toute simple.
Après une convalescence à l'abbaye de Notre Dame de Belle Fontaine (Maine et Loire), puis un séjour au Maroc (Fès), il retournait en Algérie en septembre et m'écrivait une longue lettre de Thibhirine le 3 avril 1995 dont voici quelques passages :

" J'ai eu le privilège inoui de vivre à Fès du 12 janvier au 27 mars pour y assurer quelques petits services et en même temps remplacer un des quatre frères qui partait un mois en France. Je ne doute pas de la nécessité d'une nouvelle épreuve d'effort mais je dois vous avouer avoir déjà fait plusieurs fois ce test d'effort moi-même tout particulièrement dans l'après-midi du 13 mars : traversant le souk de Fès,
j'entends une musique très rythmée et de mon goût dans une petite rue perpendiculaire (et descendante) à la rue centrale, chants et danses par une équipe de marocains du sud; j'ai appris quelques jours après que c'était l'équipe des GUINAOUA!... Je me mêlais à cette foule et après quelques minutes de "communion" avec eux, je me mêlais aux danseurs (sur des rythmes tout autres qu'un slow ou un passo-doble !) devenant en quelques secondes danseur moi-même, bien adopté par l'équipe et la foule des marocains tout autour pendant près d'une 1/2 heure. Le frère qui m'accompagnait avant de reprendre notre route pour retourner au monastère me disait clairement que mon visage et mon corps n'étaient nullement ceux de quelqu'un d'épuisé, d'essoufflé, mais au contraire en pleine forme !...
Je suis donc retourné en Algérie le 17 septembre sachant déjà l'assassinat d'un frère et une soeur le 8 mai 1994 (Henri et Paule-Hélène), sans me douter à mon arrivée qu'à peine deux mois après,le 23 octobre, ce serait
le tour de 2 religieuses espagnoles Caridad et Esther, et... des 4 pères blancs de Tizi-ouzou (en Kabylie), Alain, Jean, Charles et Christian, le 27 décembre!
Ma lettre est sans doute longue et qui sait? Bizzare ! Mais je voulais de cette façon vous dire ma joie d'avoir été bien soigné, de revenir vivre au milieu de mes frères moines en Algérie et au milieu de peuple algérien, en me remettant dans les mains de Dieu uni aux 8 autres moines qui vivent ici dans l'abandon quotidien!...étonnés de nous réveiller chaque matin et même chaque nuit à 4H00 pour l'office de nuit en chantant les louanges de Dieu, au nom de tous nos frères les hommes, y compris les tueurs des 8 frères et soeurs nommés ci-dessus, qui seront encore demain tueurs d'autres frères et soeurs, nous peut-être?
Dieu seul le sait !

Les sept moines de Thibhirine ont été lâchement et sauvagement décapités par une horde de sinistres barbares au nom de principes qui n'ont rien de commun avec l'Islam. Que Dieu les accueille dans son vaste paradis. Ils étaient la charité, la bonté, les soins, ils manquent beaucoup à la petite population de Thibhirine qui fleurit tous les jours leur tombe.
Revenir en haut Aller en bas
lysbleu

avatar

Nombre de messages : 208
Date d'inscription : 29/10/2004

MessageSujet: CHRONIQUE D'UNE MORT ANNONCEE.   Mer 12 Avr - 19:28

Nous avons tous pris de plein fouet - et en plein coeur- le drame qui a endeuillé l'ALGERIE durant ces années noires qui ont vu tomber les meilleurs de ses enfants dont faisaient partie nos frères les moines de Thibhirine.
Notre peine était plus palpable, plus lourde à porter car les moines étaient nos hôtes : première entorse aux règles de bienséance arabo-islamo-berbère ! Sont-ce vraiment des musulmans (nom et adjectif) ceux qui ont osé perpétrer les viols, les meurtres, les destructions qui ont failli mener à sa perte un pays qui a tout pour réussir? Non! Ces barbares ont porté un coup fatal à leur religion, à celle de mes parents qui m'ont élevé dans la dignité, la fraternité, le partage et la tolérance.
Se sont greffés, par la suite, de lamentables tractations politico-financières, des échecs diplomatiques, des relations contre-nature dont se sont rendus coupables les gouvernements français, algérien et américain qui ont jugé que la vie, que dis-je? la mort ! de centaines de milliers de victimes était soluble dans un contrat juteux ou dans l'accession au pouvoir de personnages dont la qualité principale est l'amnésie ...
Les moines de Thibhirine sont nos martyrs au même titre que tous les enfants de l'Algérie meurtrie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CHRONIQUE D'UNE MORT ANNONCEE.   Sam 15 Avr - 18:47

CHRONIQUE D'UNE MORT ANNONCEE: sujet d'actualité au moment ou les hordes de barbares verts comme le note Sif retrouvent le chemin de la liberté et les gros chèques pour leur réinsertion. belhadj pavoise provoque, mezrag le chef sanguinaire fait de la politique, ce qui lui est interdit selon la loi sur la réconciliation.
Ni le premier ni le second n'en ont cure de cette dernière. Les Tenues afghanes réaparaissent, elles se multiplent, les barbes sont de plus en plus longues. Sans parler des DVD vendus sous le manteau, montrant les embuscades tendues aux forces de l'ordre par les sanguinaires verts, suivies de massacres insoutenables. Une véritable démonstration de barbarie à faire frémir le plus solide des êtres. Pour intimider qui, sinon le peuple algérien?
Parmi les élargis il y a peut être des assassins des sept moines.
Pleure O mon pays bien aimé dirait FF.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: le monastère de Thibhirine   Lun 1 Mai - 12:58

Les frères Paul, Michel, Célesin, Christian, Bruno, Amédé, Jean Pierre et Luc en hommes de paix n'ont pas voulu opter ni pour un camp ni pour un autre. Lorsqu' une nuit le sanguinaire attia et ses chiens leur ont rendu visite dans leur monastère. Les moines ont éxigé qu'ils laissent leurs armes dehors. Ils ont en fait de même avec les gendarmes qui venaient leur proposer leur protection, qu'ils refusèrent.
Ils appelaient les premiers les frères de la montagne et les seconds les frères de la plaine.
Ils étaient en Algérie non pour convertir, mais pour s'imprégner de cette terre d'islam. Ils disaient: " croyants nous même auprés des croyants".
Ils sont allés jusqu'au bout de leur soutien au peuple algérien.

A ceux qui prêchent le "Qui tue qui". Le peuple algérien a suffisament souffert de ces fous. Ils sont allés audelà de la barbarie en brûlant vifs des bébés, qu'est-ce la vie pour ses assassins?
Ils ont toujours revendiqué leurs massacres. Cessez de salir la mémoire de tous ceux qui sont tombés et tombent encore en combattant ces parasites sanguinaires, ces sauvages qui ne méritent aucun pardon, il aurait fallu les exterminer.
L'algérie demeurera terre d'accueil et de paix.
Revenir en haut Aller en bas
adhrer



Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 02/09/2006

MessageSujet: UN MANQUE DE PUDEUR   Mer 17 Jan - 22:51

AU COURS DU DISCOURS CLÔTURANT SON INTRONISATION DE CANDIDAT DE L'UMP A LA PROCHAINE ELECTION PRESIDENTIELLE, NICOLAS SARKOZI A EVOQUE LE MARTYRE DES SEPT MOINES EN LISANT LA LETTRE TESTAMENT DU MOINE SUPERIEUR. JE TROUVE CETTE DEMARCHE OSEE ET DEPLACEE. NOUS NE SOMMES PAS DUPES, DANS LA FOULEE DE PAS DE REPENTANCE S'AGISSANT DE LA PERIODE COLONIALE LE CANDIDAT SARKOZI EVOQUE LE SUPPLICE DES MOINES DE THIBHIRINE. VICIEUX, PROVOCATEUR IL POUSSE L'INFAMIE JUSQU'A LIE LE SORT DE CES MALHEUREUX A LA TRAGEDIE DU PEUPLE ALGERIEN QUI A DURE 132 ANS.
IL DEVRAIT S'INSPIRER DE LA GRANDEUR D'AME DE NOS FRERES LES MOINES AU LIEU DE REVENIR SUR CE QUE FÛT LA COLONISATION. affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
numerik



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 14/09/2006

MessageSujet: Re: CHRONIQUE D'UNE MORT ANNONCEE.   Jeu 25 Jan - 19:08

cafait partie aussi d'une strategie electorale ,c du pur marketting ,une fois les elctions passès ,on change de cap ,la france devrait a mon sens assumer son passè,toutes les pays ont les mains tachès de sang ,le probleme n pas la mais il faut assumer son passè exactement comme la france l'a deamndè a l'allemagne par exemple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Le peuple subit   Mer 4 Avr - 18:57

Je crois que vous racontez n'importe quoi? La tragédie des moines est un cinglant camouflet pour l'Algérie. A cause d'une minorité de sauvage vous accusez tous les algériens d'avoir du sang sur les mains, vous n'avez pas le droit d'écrire de tels aneries. Combien même la France se serait mal comportée durant la colonisation les moines de Tibhirines étaient nos frères, ils étaient chez eux en Algérie. Ne venez pas sur ce site souiller leur mémoire. puker
Revenir en haut Aller en bas
adhrer



Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 02/09/2006

MessageSujet: Mensonges et manipulaitons   Jeu 19 Avr - 15:47

En 1997 le terrorisme en Algérie était vaincu. L'AIS avait déposé les armes, les GIA à genoux se sont rendus aprés la proposition sans condition de la rahma par l'ancien président Zeroual. Depuis l'arrivée de bouteflika et ses discours d'éloges aux assassins, le résidu de terroristes est allé en grossissant. Concorde civile: échec, réconciliation nationale: double echecs, prix nobel triple échecs. Aigri, malade le maître de l'Algérie en veut, il en veut à ce peuple asservi qui n'a rien demandé et qui ne demande rien. la bête immonde continue à semer la mort, Boutef continue à croire à sa pax en libérant des milliers d'assassins à qui en prime pour service rendu il octroie des primes.
Des bombes explosent à Alger faisant plusieurs morts veufs(ves), orphelins viennent grossir la liste des victimes des sauvages verts. Le prince est aux abonnés absent, ses larbins de toujours à leur tête le plus islamistes de tous Belkhadem fait dans son froc. Effronté, il insiste sur la réconciliation nationale. Le trio de soutien du prince autorise une manifestation, des milliers d'algériens sont sortis dans la rue le coeur plein de rage pour dire Bsta aux mascarades, aux mensonges et à la manipulation d'un pouvoir pourri jusqu'à la moelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CHRONIQUE D'UNE MORT ANNONCEE.   Sam 22 Mar - 16:05

Actualités : ASSASSINAT DES MOINES DE TIBHIRINE
L'échec du "qui-tue-qui ?"




Rebondissement dans l’enquête sur l’assassinat des moines de Tibhirine. Jean-Baptiste Rivoire, journaliste de Canal+ , farouche défenseur du «qui-tue-qui ?» a été mis en examen le 17 mars dernier pour avoir «commis des violences volontaires avec préméditation sur la personne de son confrère Didier Contant, journaliste mort en février 2004».
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Didier Contant, qui avait également enquêté sur la mort des moines, développait des thèses à l’opposé de celles de son confrère. La veuve de Contant rappelle dans un communiqué rendu public la genèse de cette affaire. Les faits remontent au mois de janvier 2004 lorsque Didier Contant, ancien rédacteur en chef de l’agence Gamma, de retour d’Algérie après y avoir effectué une enquête sur les circonstances de la mort des moines, avait appris que Jean- Baptiste Rivoire de Canal+, connu pour ses accointances avec les adeptes du «qui-tue-qui ?», avait lancé une campagne en vue de discréditer son travail. Il l’avait accusé d’être à la solde des autorités algériennes, ce qui avait amené le Figaro Magazine, qui devait publier l’enquête, à refuser le travail de Contant. Ce n’était pas la première fois que ce dernier s’intéressait au sujet puisque aux dires de sa veuve Rina Sherman, il avait déjà publié des investigations dans le Pèlerin Magazine en février 2003 et dans le Figaro Magazine en décembre 2003. «Au cours de sa dernière investigation, le grand reporter avait trouvé de nouveaux témoins indiquant que les moines avaient été assassinés par le GIA et il avait recueilli des témoignages mettant en doute la personne d’Abdelkader Tigha, un transfuge de l’armée algérienne», explique Sherman qui s’étonne qu’en dépit des accusations portées par Rivoire, nul n’a été en mesure de lui demander d’apporter la preuve de ce qu’il avançait. «Malgré la gravité des accusations, aucun confrère des rédactions parisiennes ne demandait au journaliste de Canal + d’en apporter la preuve. Profondément atteint dans sa réputation et son honneur, Didier Contant ne supporte pas la calomnie et meurt dans des circonstances troublantes. L’enquête a conclu à un suicide. Un seul journaliste posera la question de la responsabilité de son confrère de Canal + dans sa mort : Jean-François Kahn dans l'hebdomadaire Marianne. Condamné une première fois pour diffamation, Kahn a gagné le procès en appel qui établissait un lien entre les agissements des journalistes de Canal + et la mort de Didier Contant», explique-t-elle dans ledit communiqué. Rina Sherman, qui défend la mémoire de son ex-compagnon, a de tout temps réfuté les accusations de Rivoire et considère que ce sont ces dernières qui l’ont conduit à se suicider. Elle a d’ailleurs mené une contre-enquête sur la mort de son compagnon, ce qui lui a permis de déposer une plainte avec constitution en partie civile pour violences volontaires contre Rivoire de Canal + et de publier un livre, Le huitième mort de Tibhirineen 2007. Elle compte également sortir un film, Paris de mes exils, qui constitue une réflexion sur la liberté d’expression.
N. I.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CHRONIQUE D'UNE MORT ANNONCEE.   

Revenir en haut Aller en bas
 
CHRONIQUE D'UNE MORT ANNONCEE.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.
» Article intéressant sur la mort Mireille D. Bertin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aurès-Ichawiyen Imazighen -Afrique du Nord :: Histoire et géographie de l'Aurès :: Histoire contemporaine-
Sauter vers: